La réhydratation

 

La très grande quantité de chaleur produite par le travail musculaire est éliminée presque exclusivement par la transpiration chez le cheval. L'efficacité de ce mécanisme de régulation thermique est en outre conditionné par des facteurs extérieurs comme la température et l'hygrométrie qui augmentent ou ralentissent l'évaporation. C'est en effet l'évaporation qui absorbe les calories et donc provoque le rafraîchissement. 

Mais la sueur n'est pas que de l'eau, elle contient aussi des quantités très importantes et très concentrées de sels minéraux : les électrolytes. 

Lorsque le cheval transpire fortement, lors de travail intensif, de stress ou de grande chaleur, beaucoup d’électrolytes (sodium, chlore et potassium) se perdent, ce qui peut provoquer manque de tonus, fatigue mais aussi contractures musculaires ou crampes. L'apport d'électrolytes (ou réhydratant) est donc indispensable pour prévenir la déshydratation du cheval et cela favorise aussi sa consommation d'eau. 

Le réhydratant se présente sous forme de liquide ou de poudre soluble à administrer dans l'eau de boisson après l'effort ou avant un stress comme un transport ou une épreuve sportive. 

Il peut aussi être administré toute l'année en réduisant la dose de moitié sans aucune contre-indication si le cheval travaille régulièrement et a tendance a beaucoup transpirer. 

Toutes les grandes marques de produits vétérinaire pour chevaux proposent leur complément pour la réhydratation avec des dosages parfois variables en électrolytes.